Sicilia



La Sicile est une très belle île à découvrir en raison du dynamisme et de l’énergie qu’elle dégage, y compris sur le plan de sa viticulture. Avec ses 115 000 ha de vignobles, la Sicile est la première des régions vinicoles italiennes par la superficie des terres consacrées à la culture de la vigne. Elle n’est pourtant pas le premier producteur de vins du pays, cet honneur étant réservé à la Vénétie.

Tout comme la Sardaigne, sa voisine insulaire, la Sicile possède une longue tradition dans le domaine des vins. Les Phéniciens, les Romains et les Grecs ont envahi l’île et ont marqué sa viticulture. Mais ensuite, cette activité pourtant florissante est entrée en léthargie.

Elle ne se réveille de ce long sommeil qu’au XVIIIe siècle, avec le développement et le succès remporté par le Marsala. Le négociant anglais John Woodhouse découvre qu’en y ajoutant un peu d’alcool, le vin gagne en stabilité, tout comme c’est le cas pour le porto et le sherry alors très populaires.

Au siècle passé, la Sicile se conforme à la tendance dominante qui veut que les cantina social (coopératives) cèdent la place aux domaines privés. Fin des années 80, de nombreux producteurs optent pour un nouveau mode de fonctionnement : la vente au domaine (familial) donnant ainsi la priorité à la qualité plutôt que la quantité.

Et pourtant, les vins siciliens sont toujours aussi peu nombreux dans les appellations d’origine contrôlées. La région produit encore majoritairement des IGP (Indicazione Geografica Protetta, vins de pays) et des vins génériques (anciennement vins de table), avec (ou pas) mention du millésime et du cépage.