Friuli-Venezia Giulia



Tout amateur de vins italiens se doit d’arpenter les superbes crêtes couvertes de vignobles de la région, tout en regardant par-delà la frontière vers la Slovénie. L’histoire du Frioul est longue et mouvementée et ses vins ont, eux aussi, un passé chargé derrière eux. Ils sont d’ailleurs toujours en pleine évolution.

Il y a très longtemps, toute la région était sous domination romaine, comme en témoignent les nombreux vestiges de temples et autres édifices. À partir du VIe siècle de notre ère, le Frioul et la Vénétie Julienne ont poursuivi leur propre chemin. Au fil des siècles, ils ont parfois lié leurs destinées, mais en général ils étaient annexés à de grandes puissances différentes. Quand l’Italie est devenue indépendante, seul le Frioul en faisait partie. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale qu’une partie de la Vénétie Julienne a rejoint l’Italie.

Cette histoire tourmentée a également marqué la viticulture. Les influences allemandes, de l’Europe de l’Est et de l’Italie sont perceptibles. Certaines familles de viticulteurs les plus anciennes et les plus connues comme celle de Livio Felluga, ont suivi les déplacements de frontières et les turbulences politiques de près.

Au début, les vins du Frioul n’avaient pas ou peu de succès commercial. Mais la situation évolue depuis le début des années 70 : à l’exemple de certains vins allemands frais, on a commencé à faire fermenter des vins blancs à basse température au Frioul. Ce fut d’ailleurs la première région d’Italie à produire des vins blancs frais, craquants et d’une grande pureté. Les vins locaux ont rapidement atteint une notoriété nationale et internationale, et jusqu’au début des années 90, ils étaient quasi uniques sur le marché des vins italiens.